Rechercher

Le stress, ami ou ennemi pour le corps ?




Les différentes phases du stress


Le stress est un mot à la mode et d’actualité qui est connoté très négativement. Quand on se sent mal, angoissé ou sous pression on dit qu’on est stressé⁣.

Face au stress le corps réagit en 3 phases distinctes :

D’abord c’est la phase d’alarme : l’organisme se prépare à affronter le stress et va déclencher des réponses physiologiques. Le stress peut être de différentes natures et plus ou moins intense.

Ensuite, c’est la phase de résistance. Le corps lutte et résiste contre ce stress. A la suite de cette phase, le corps peut s’adapter et devenir plus fort pour mieux affronter la situation la prochaine fois ou au contraire s’effondrer.

Enfin, si le stress se poursuit, c’est la phase d’épuisement. Par maque de ressources, le corps fini par s’effondrer face au stress.


Le rôle du stress


Pourtant au départ (phase d’alarme) le stress est là pour nous protéger du danger. En réponse à une situation plus ou moins extrême le corps va sécréter diverses hormones. C’est le cas par exemple de l’adrénaline et le cortisol qui vont nous permettre de booster nos capacités temporairement (augmentation de la fréquence cardiaque, de la pression artérielle, etc⁣.) et être plus apte à affronter cette situation.


Le stress positif


Même pour la performance physique et sportive le stress est bénéfique s’il est ponctuel et s’il n’est pas trop important car certaines fonctions sont optimisées (plus grande concentration, force et vigilance par exemple).

L’organisme entre dans une phase de résistance contre le stress qui lui permettra de s’adapter (ou non) pour être plus fort la prochaine fois⁣


Quand le stress devient chronique et néfaste pour la santé


Le gros problème c’est quand ce stress ne se limite plus à des situations occasionnelles et devient chronique.

Au bout d’un moment le corps n’a plus les ressources suffisantes pour lutter et entre dans une phase d’épuisement avec de nombreux effets négatifs et risques pour la santé.

C’est surtout l’accumulation de stress au quotidien qui pousse le corps vers l’épuisement (la pression au travail), informations anxiogènes et le mode de vie (connecté)⁣. intéressantes à mettre en place pour améliorer votre vitesse de course.


Les bienfaits d'une pratique sportive régulière


Le sport améliore l’estime de soi, l’humeur, régule l’appétit et le sommeil, distrait des pensées négatives. Et pour ceux qui le pratiquent en groupe, le sport permet de créer de nouveaux liens sociaux, de renouer avec les autres.

L’exercice physique a aussi un effet apaisant sur l’anxiété. En libérant une série d’hormones et de neurotransmetteurs comme les endorphines, la dopamine ou la sérotonine, le sport produit des sensations de bien-être qui favorisent un état de relâchement.


  • La déconnexion. Faire du sport met de bonne humeur. L’activité de l’avant de votre cerveau, le cortex préfrontal, baisse. Les pensées compliquées, les rancœurs ou les soucis passent à l’arrière-plan.

  • Le sentiment de bien-être. La production de dopamine augmente dans le tronc cérébral. Ce neurotransmetteur joue un rôle essentiel dans le système de récompense, ce qui explique pourquoi bouger donne envie de bouger davantage ! Davantage de tryptophane est libéré dans le cerveau, et ce composé sert à la fabrication de sérotonine, laquelle joue un rôle important dans les structures cérébrales qui traitent nos émotions.

  • La réduction du stress. Le niveau de cortisol associé au stress chute.

6 vues0 commentaire